Voici pourquoi il faut parfois se perdre

J’ai bien dû me perdre 4 ou 5 fois en six ans…

  • Une agence d’accompagnement linguistique
  • Un point de vente de hot-dogs ambulant
  • Un vélo publicitaire
  • Une boite à pizza publicitaire

 

Et je t’épargne toutes les petites idées qui n’ont duré que le temps de l’euphorie.

Étude de marché, propositions de partenariat, tests. Pas bon, NEXT.

C’était ça la routine : je trouvais une super idée, je ne dormais pas pendant trois jours, puis j’attaquais le business plan, mais les projets n’aboutissaient jamais et j’abandonnais au bout de quelques mois.

Sans oublier mon macchabé : un site e-commerce d’articles de bien-être, mort à l’âge de 8 mois.

À l’époque, ce genre de ratés me faisait partir en crise de doute, ponctuée par un fameux :

J’SUIS PEUT-ETRE PAS FAIT POUR LE BUSINESS !

 

Maintenant avec le recul, je considère ces « essais non concluants » (plutôt qu’échecs) comme des cartes au trésor qui me donnent une richesse d’esprit et qui alimentent ma confiance en l’avenir.

Et vous savez quel était l’élément déclencheur de cette confiance nouvelle ?

Je vous le donne en mille : LE MARKETING.

Parce que le marketing (copywriting + stratégie) vous permet de vendre à l’avance. Je mets toute une chaine d’actions en place, sans pression. Je connais le marché car je l’ai étudié et je sais comment lui parler.

 

Mes communications font mouche, mes actions sont payantes et mon business grandit de jour en jour.

Si vous êtes entrepreneur, que vous viviez de votre activité ou pas encore, mettez-la sur pause et demandez-vous si votre système de vente est automatisé à tous les étages.

Si c’est pas le cas, repensez vos fondamentaux, faites un bon ménage et surtout, prenez une feuille blanche et un stylo pour écrire votre prochaine stratégie marketing.

C’est comme ça que vous allez faire la différence !! Résultats garantis

 

A+

Djamel