Une méthode de productivité vieille comme le monde

Michel Strogoff de Jules Verne.

V’la le pavé… Si comme moi, vous avez dû vous le taper à l’école en pleine phase d’adolescence boutonneuse, vous comprendrez que d’attaquer ce roman est tout sauf une mince affaire.

Quand on a pas l’habitude de lire, c’est comme escalader l’Himalaya en slip sur une trottinette. Il doit bien faire 500 pages, le bouquin !

Quand je voyais son volume, j’avais envie de vomir…

On avait à peu près 8 semaines pour le lire, avant d’avoir l’interro fatidique. Et vous savez quand j’ai attaqué la lecture ?

Deux jours avant !

 

Quoi, vous faisiez pareil, petit cancre ?

C’était classique chez moi. Je ne pouvais rien commencer sans un peu de pression. Et Dieu sait qu’il y en avait de la pression avant les interros au collège où j’allais.

Bref, j’avais zéro envie de lire et plus que deux jours devant moi pour venir à bout de Michel Strogoff.

« Je vais bien, tout va bien ! »

Et ben vous savez ce qu’il s’est passé ?

Le jour de l’interro, j’me suis levé à 3h du mat’ pour le terminer.

Et j’ai adoré le bouquin en prime !

 

*** C’est maintenant, que je commence à parler busines.

Parfois, on a la flemme.

On est trop bien dans nos petites habitudes et on oublie de sortir un peu des sentiers battus. Mais les grandes réussites se trouvent toujours dans les actes inhabituels. En business, le danger, c’est de se reposer sur ses lauriers. De se dire que la situation est acquise et répéter tous les jours les mêmes actions. Faire des trucs qui sortent du commun vous ouvre des perspectives nouvelles.

 

Et votre processus de vente ne fait pas exception à la règle. Si vous répétez sans cesse les mêmes opérations, vous continuerez d’obtenir le même genre de résultat. Si vous tentez quelque chose de nouveau, les résultats seront nouveaux et peut-être même meilleurs !

 

À méditer, hein…

 

A+

Djamel