Truc gras-tuit pour atteindre des objectifs très ambitieux

Aujourd’hui, je vous emmène dans les coulisses d’une page de vente qui a généré des millions.

 

Il s’agit d’une lettre envoyé à près de 600 millions de foyers… sur trente années.

Vous avez lu ce chiffre ?
Bon.

 

Il est même rapporté que Gary Halbert (le copywriter derrière ce morceau de kryptonite) avait dû engager plusieurs dizaines d’employées pour compter les chèques qui rentraient et comptabiliser les ventes qui déferlaient !

 

Il y a donc beaucoup à apprendre de cette lettre de vente (je vous mettrai le lien à la fin de cet e-mail)…

 

Mais ce n’est pas sur le texte lui-même que j’aimerais insister aujourd’hui.

 

C’est plutôt sur le contexte qui régnait au moment où cette lettre a été envoyée pour la toute première fois.

Gary Halbert raconte que cette lettre de vente était son premier succès. À l’époque, on venait de lui couper l’électricité. Il galérait comme pas possible et croulait sous les factures.

 

Mais au lieu de mettre ses derniers dollars dans un caddy rempli de courses ou pour régler une facture importante, il a décidé de parier sur un tout nouveau business.

 

Il n’avait donc pas droit à l’erreur.

Et c’est ça qui est admirable, je trouve.
Admirablement couillu.

 

Il s’est creusé la tête pour maximiser ses chances de réponses (sa lettre devait ressembler à un courrier personnel et pas à une pub ; écriture manuscrite sur l’enveloppe et ne contenir qu’une seule feuille dans l’enveloppe).

 

Il avait tout simplement la conviction que sa lettre allait marcher, malgré une pression de dingue.
Il savait que cette fois-là serait la bonne.

 

Dos au mur, il n’avait de toute façon pas le choix. Sa vie et celle de sa famille dépendait de cette lettre !

Ce week-end, j’ai rencontré un confrère marketeux.

 

Et lui aussi, étrangement, il doit son succès à ce genre de contexte « ça passe ou ça casse » ou « j’ai plus rien sur mon compte, faut que ça marche ».

 

La pression est bonne à prendre.

 

Je le vois toujours quand la deadline pour la remise d’une page de vente approche. Les derniers jours, je suis toujours 10 x productif !

 

Foutez-vous un peu la pression ou créez-vous de la pression (comment ? vous savez mieux que moi) et comme par miracle… vous irez chercher des objectifs bien haut perchés !

 

Tout le game se joue dans la tête et pas ailleurs.

 

À très vite,

Djamel

 

 

 

Voici le lien pour les curieux qui souhaitent voir avec quoi Gary Halbert a fait sauter la banque :
http://www.markjoyner.name/temp/halbert/coa.pdf

(Oui, c’est en Anglais).