Tomber amoureux de son produit : RISQUÉ !

Être amoureux de son produit peut s’avérer risqué.

 

L’e-mail du jour me vient d’une anecdote toute fraîche avec un client.

 

Je bosse sur sa page de vente et le taf est sympa. Mon client fait sa part du boulot et me fournit tous les éléments dont j’ai besoin en temps et en heure.

 

Pour ne rien gâcher le produit est super intéressant.

 

Mais à un moment donné, je reçois un élément qu’il me demande d’inclure dans sa page de vente. Il s’agit d’un témoignage.

Et là, j’émets un doute…

 

Dans ce témoignage, il y a un élément qui pourrait « refroidir » certains prospects d’acheter.

Je lui expose mon avis et je lui déconseille donc d’utiliser cet élément. Mais je lui laisse le dernier mot (bah oui, c’est SA page de vente).

 

Pour des raisons évidentes de confidentialité, je ne peux pas rentrer dans plus de détails… mais ça fait ressortir une problématique.

 

La voici :

 

On peut aimer son produit ou être passionné par celui-ci, mais quand on construit son message marketing, je suis du parti pris qu’il faut essayer de convaincre le plus de monde.

 

Attention : je ne dis pas qu’il faut essayer de vendre à tout le monde (on en a déjà parlé)… je dis qu’il faut essayer de vendre au maximum de prospects correctement ciblés.

Et s’il faut sacrifier un élément parce qu’il pourrait freiner les ventes, alors il faut pouvoir prendre le détachement nécessaire pour mettre toutes les chances de son côté.

 

Voici une leçon que j’ai apprise du grand Parris Lampropoulos (copywriter US) :

 

Comment savoir si on doit inclure un élément ou un argument dans sa page de vente ?

 

À la moindre hésitation, il faut se poser ces 3 questions…

 

Est-ce que ça sert ma cause ?
Est-ce que ça tue ma cause ?
Ou est-ce que c’est neutre ?

 

Tout ce qui tue votre cause et ce qui est neutre n’a pas lieu d’exister dans votre page de vente.

C’est aussi simple que ça !

 

Chaque phrase et chaque mot doit gagner sa place dans votre page de vente. N’utilisez que des arguments qui serviront votre cause et vos arguments.

C’est comme ça que vous mettrez toutes les chances de votre côté.

Si rédiger votre prochaine page de vente vous donne des cheveux blancs à la moindre idée de vous mettre au clavier, discutons de votre projet (d’abord lors d’une consultation gratuite).

 

Tous les détails ici.

 

À très vite,

 

Djamel