Quelle importance donner au copywriting ?

Hier, j’étais en ligne avec un prospect qui souhaite lancer une formation dans un futur plus ou moins proche.

Après avoir balayé quelques questions essentielles de marketing (positionnement, ciblage, problème/solution), le sujet a dévié sur le copywriting.

 

Et j’ai vite remarqué qu’il mettait le copywriting sur un piédestal. Comme si c’était le Graal qui allait lui ouvrir les portes de la gloire.

Ma réponse ?

 

« Pas si vite amigo ! Attends, je te donne un exemple… »
(J’aime bien donner des exemples ou des métaphores… je tiens ça de mon père ^^)

Et j’ai embrayé avec ceci :

 

 

Imaginons que tu sois un gran fan de voitures de courses.
C’est ta passion : tu les restaures, tu aimes les conduire le dimanche et tu es incollable sur le sujet.

 

Et un jour, alors que tu te balades, tu passes devant une bicoque délabrée et un petit panneau jauni derrière la fenêtre qui dit dans une écriture à peine lisible…

« Ferrari 365 GTC/4 de 1972 à vendre – 1000 euros prix à débattre »

 

Ta réaction ?

 

Une grosse bouffée de chaleur t’envahit et tu te précipites sur le pas de la porte pour demander à voir cette voiture et l’acheter sur-le-champ. Car même dans un sale état, 1000 euros pour ce modèle rare c’est une aubaine (note : je n’ai aucune idée si ce modèle est rare… je suis aussi calé en bagnoles de collection que Ronald McDonald dans un resto 5 étoiles !)

 

Tu fais affaire et tu affiches un sourire jusqu’aux oreilles.

Trois mois plus tard…

 

Tu tombes sur une page de vente pour… une poussette évolutive de second choix pour bébé, à 800 euros.

 

Il faut savoir que cette page de vente a été rédigée par le meilleur copywriter au monde… un copywriter aussi fort qu’il a permis à ses clients de générer des millions d’euros avec ses pages de vente.

Seulement, les poussettes pour bébé, pour le coup, c’est pas trop ta passion. En plus ton fils vient d’avoir dix ans.
Tu passes ton chemin et tu quittes la page de vente sans y prêter attention.

 

Ça va peut-être vous paraitre évident comme ça…

 

Mais beaucoup de monde pense que le copywriting fait des miracles.

Dans le premier scénario, la page de vente était ce vieux panneau jauni à peine lisible. Niveau copywriting : 0.

 

Mais quelle offre !
Sous les yeux d’un client idéal !

 

Dans le second scénario, la page de vente rédigée par le meilleur copywriter au monde a peut-être coûté 15 000 euros à la rédaction. Mais si cette poussette de second choix n’a rien de spécial et qu’en plus elle est mise sous les yeux de prospects non qualifiés, à quoi bon ?

 

Est-ce que je suis en train de dire que le copywriting ne sert à rien ?

Non, pas du tout.

 

Mais c’est la partie la moins importante dans l’équation !

 

Le copywriting n’est utile que si vous avez une offre solide qui répond à un besoin existant chez une partie de la population.

 

Avec les bons éléments en place, le copywriting c’est un multiplicateur de business qui peut transformer votre auto-entreprise en fortune du CAC40… mais il est important de ne pas brûler les étapes.

 

Si votre offre est bonne, qu’il existe un marché et que vous avez envie de faire plus de ventes, alors contactez-moi… on verra ce qu’il y a moyen de faire.

 

Je vous propose de toute façon une session gratuite de 60 minutes et sans engagement :

 

 

www.ekoledubiz.com/travailler-avec-moi

 

A +

Djamel