Quand on faisait des blagues au téléphone

On a tous un jour ouvert le bottin au hasard pour appeler un numéro et faire une blague au téléphone. Quand on a 10 /12 ans, c’est le top de la rigolade ! (et de toute façon, les factures c’est pour les parents… pas pour nous les sales gosses !)

 

Une fois, on s’était vraiment roulé par terre avec mes cousins (ça remonte quand même à une vingtaine d’années). On avait utilisé un logiciel vocal qui répétait les phrases qu’on écrivait. On se marrait comme des dingues en entendant nos victimes répondre à la voix qui leur racontait des conneries.

On utilisait ce logiciel parce que ça résolvait plusieurs problèmes :

  1. On n’utilisait pas nos propres voix, au cas où le FBI essayait de nous tracer pour nous foutre au trou…
  2. On n’avait pas à assurer le jeu d’acteurs nous-mêmes, donc même en cas de fou rire, le show pouvait continuer !
  3. On préparait nos phrases à l’avance donc on pouvait plus ou moins mener les discussions à droite ou à gauche en fonction des réponses des piégés.

 

On bossait comme des pros pour écrire des scénarios de malade et on espérait à chaque fois que nos victimes n’y verraient que du feu… jusqu’au moment où ils raccrocheraient en lâchant un beau :

Allez vous faire voir, bande de petits merdeux !

 

Je suis assez nostalgique de cette époque d’insouciance. (Laisse-moi écraser une larmichette)

Et vous savez quoi, cher lecteur ?

Ces techniques de frappe dignes du corps d’élite de la légion étrangère recèlent quand même quelques similitudes avec les stratégies marketing que je défends.

À l’Ekole du Biz, j’ai appris que…

D’abord, une stratégie marketing doit être un processus automatisé et chronologique. C’est le cerveau humain qui pond tout le contenu, mais on a recours à divers outils ou supports pour communiquer notre message.

Ensuite, une stratégie marketing doit être pensée en amont. On prépare le canevas de conversation de sorte à pouvoir anticiper (même si jamais à 100 %) les réactions, les réponses ou les doutes des prospects. On ne communique pas à un prospect à qui on a déjà envoyé un devis comme on communique à un prospect qui n’a jamais entendu parler de nous. On essaye d’avoir un coup d’avance…

Enfin, une stratégie marketing doit être en permanence mesurée. Les actions qui donnent peu ou pas de résultats doivent être améliorées et retravaillées. Faire des tests comparatifs pour voir ce qui marche le mieux est un bon moyen d’améliorer une campagne.

 

C’est tout pour aujourd’hui.

 

À très bientôt

Djamel