Les 5 Stratégies Jackpot de Nou-wel

How How How…

Si vous tombez sur cet article en période de fin d’année, surtout ne bougez pas car aujourd’hui, sous vos yeux ébahis, j’en m’en viens pondre, dans la position du squat de Noël, 5 stratégies pour alourdir votre chiffre d’affaires au mois de décembre. Et honnêtement, si vous tombez sur cet article en avril, août ou n’importe quel autre mois de l’année, bah restez quand même parce que finalement, gagner de l’argent ça se fait toute l’année…

 

Les fêtes de fin d’années sont par nature très propices à la circulation de l’argent : cadeaux, résolutions pour la nouvelle année, budget à dépenser pour certaines entreprises… et une foule d’éléments inexplicables qui font que l’argent brûle les poches des gens pendant le douzième mois de l’année.

 

Par contre…

Comme vous le savez peut-être, on est jamais suffisamment préparé pour penser à la mise en place de stratégies de vente et faire en sorte de canaliser une partie de cet argent qui circule dans votre direction et ainsi finir l’année sur les roues de chapeau.

Donc, si vous êtes un prokrastinateur invétéré (je plaide coupable) ou que je vous êtes en panne d’idées fraîches pour activer la roue des ventes au mois de décembre, je déclare ouverte pour vous et rien que pour vous :

 

La semaine des stratégies Jackpot de Nou-wel !

Allez hop… Voici donc la…

 

**Stratégie Jackpot de Nou-wel #1**
Monter sur le dos d’un film célèbre

En fonction de la génération et de l’âge moyen de votre public cible, identifiez le film de Noël qu’ils ont le plus regardé dans leur vie. (Si moi je devais choisir, je partirais probablement sur Maman j’ai raté l’avion ; ça prend bien en compte la génération de gens à qui je m’adresse).

 

Les gens sont toujours nostalgiques des films de leur enfance / adolescence.

Créez deux ou trois pubs FB sur le thème de ce film, avec une accroche à grosse curiosité. Ne faites en aucun cas allusion à votre produit dans votre annonce si vous n’êtes pas encore archi connu dans votre thématique. INTERDICTION.

 

Au lieu de ça, évoquez le PROBLÈME.
Vous devez vous arranger pour parler du film + du problème que vous résolvez.

Si vous respectez cette première étape, ça va cliquer sec et vous aurez vite du monde dans votre tunnel (faites-moi confiance là-dessus).

 

Ensuite ?

 

Envoyez tout ce beau monde sur une landing page qui les accueille avec un titre raccord avec la pub. (Reprendre l’image de ladite pub devrait vous aider.)

 

Rédigez une page de vente (si vous avez du mal avec ça, référez-vous à la formation PDV que je propose sur mon site – note : à l’heure où j’écris ces lignes, j’ai un petit bug avec mes formulaires de capture, du coup si vous voulez vous procurer cette formation, envoyez-moi un e-mail et je vous passerai le lien.)

Dans votre copy, vous devez tout faire pour tisser un lien logique entre le film (intrigue, scène culte ou personnage, etc.) et ce que vous vendez. C’est l’art de faire une accroche indirecte : démarrer avec un thème qui n’a rien à voir avec votre thématique et tout doucement ramener le poisson vers votre produit.

 

Votre prospect sera plus enclin à écouter votre argumentaire si vous l’avez mis de bonne humeur en évoquant quelques passages du film de son enfance.

Pour finir, embrayez sur votre solution et faites une offre spéciale Nou-wel ou spéciale Nom du film.

Créez un code réduction et faites une offre impossible à refuser.

 

Puis regardez les ventes se déposer dans votre portefeuille comme les flocons de neige sur le toit d’un petit chalet de montagne.

 

Si vous avez un peu de mal avec la rédaction, j’ai créé un petit bouquin qui pourrait vous intéresser. Ça parle principalement d’e-mails, mais les principes de rédaction et de vente dont je parle s’appliquent aussi aux pages de vente :

 

https://www.amazon.fr/dp/2960225201

 

**Stratégie Jackpot de Nou-wel #2**

Le bilan de fin d’année

Alors, certes on fait ça dans la joie et dans la bonne humeur parce que c’est de circonstance, mais on n’oublie pas pour autant d’activer les méninges de la communication persuasive.

 

La fin d’année est une charnière entre l’atteinte des objectifs fixés en début d’année et les nouvelles résolutions qui pointent le bout de leur pied. Et ça, peu importe votre thématique et votre audience, ça permet d’entrevoir deux cordes sensibles très efficaces quand elles sont bien exploitées :

 

La frustration d’avoir merdé quelque part pendant l’année écoulée.
Et la peur de continuer à merder pour l’année à venir.

 

Comment on joue là-dessus ?

 

Pour toucher ces cordes et capter un max d’intérêt de la part de votre audience, on va proposer un truc qui a assez bien la cote en général… un quiz « bilan <année écoulée> ».

Qu’est-ce que vous dites ?
Ça n’a rien d’original ?

 

Oh tirez pas cette tête… ça n’a rien d’une technique de para-commando, mais pour l’avoir testée, ça peut donner de très bons résultats.

 

Cela suppose toutefois que vous ayez déjà une audience (liste e-mails, followers sur les réseaux sot-ciaux, etc.)

Pour ce faire…

Créez cinq, six ou sept questions (pas moins, pas plus, ça me semble idéal) et assurez-vous de jouer sur nos deux facteurs d’émotions négatives (frustration et peur de merder) et de mettre un peu d’huile sur le feu.

 

Ex-ample de questions (si vous vendiez un programme de remise en forme) :

Malgré votre motivation, avez-vous quand même du mal à ne pas grignoter entre les repas ?
Quel est le pourcentage d’aliments « junk food » que vous mettez dans votre caddy quand vous faites vos courses ?
À quand remonte la dernière fois que vous avez souri sur la balance ou devant le miroir ?

 

Etc.

 

Vous connaissez votre thématique mieux que moi… trouvez les questions qui leur fileront des démangeaisons.

 

On continue :

Arrangez-vous pour avoir un comptage de points à l’issue du questionnaire. Et en fonction des points accumulés, préparez deux ou trois profils de répondants.

 

Les quiz et les tests sont d’excellents instigateurs de conversation. Alors dans l’e-mail qui communique les résultats du quiz, préparez une vraie lettre ouverte. Un truc que vous direz avec le cœur et qui parlera à chaque profil.

Pour chacun de ces profils, préparez une prestation sur mesure ou une formation que vous leur vendrez. Pas besoin de page de vente, écrivez un e-mail persuasif d’ami à ami.

 

Ce que vous vendez ?
La bonne résolution pour 2020.

Psychologiquement, même si on connait tous un râleur bien dur à cuire qui dit « j’en ai rien à f**** des résolutions, moi », on est tous enclin à prendre de bonnes résolutions.

 

Et s’il y a bien un moment où vous pouvez vendre une bonne résolution (aka votre solution), c’est au mois de décembre !

Ça vous parait jouable ?
Moi ça me parait plus que jouable et ça sent déjà bon les ventes…

 

Pour trouver d’autres idées de cordes sensibles à exploiter dans votre questionnaire, allez zieuter le contenu de ma formation cerebral copy (lien ici).

 

Pour l’aspect technique du quiz, si vous voulez mon avis… Quiz And Survey Master sur WordPress fait bien le taf pour la construction du quiz et l’e-mail de résultats.

 

**Stratégie Jackpot de Nou-wel #3**
C’est dans les vieilles enveloppes qu’on fait les meilleures ventes

 

Vous aimez recevoir des cadeaux ?

Quelle question…

 

J’en bafouille des conneries, parfois.
Évidemment que vous aimez recevoir des cadeaux !

 

Pour cette nouvelle stratégie de Nou-wel, je pense qu’on va s’amuser avec un cadeau de fin d’année pour faire un petit coup vite fait bien fait, surfer sur l’engouement général et ainsi mettre quelques macarons dorés en plus dans votre chaussette.

 

Alors, de quoi qu’est-ce que ça en retourne cette stratégie n°3 ?

On va revenir quelques années en arrière et utiliser une méthode d’antan.

 

Pour mener à bien ce petit projet de fin d’année, vous aurez besoin :

  • d’une liste de prospects ou clients existants
  • d’une imprimante
  • d’un peu d’huile de jugeote

 

Il y a quelques mois, j’ai envoyé un e-mail à mon escadron en leur expliquant comment j’avais appris les gammes du marketing direct. La boite aux lettres des gens était mon terrain de chasse. Je m’étais forcé à apprendre le métier un peu à la dure, avec les courriers papier, pour ressentir ce que ressentaient les premiers copywriters.

En quoi consistait ce petit business ?

 

Trop long à développer ici… mais ce n’est pas le plus important.

 

Ce qu’il faut tenir à l’esprit, c’est qu’au 21ème siècle, on peut encore faire des ventes en écrivant des lettres à ses prospects ou clients.

Et ça, c’est une excellente nouvelle pour vous et moi !

 

Si vous souhaitez mettre en application cette stratégie, voici ce que vous allez faire…

 

Vous allez envoyer un e-mail à votre liste ou à toutes les personnes qui vous connaissent et qui sont susceptibles d’être client chez vous (pour de la prestation ou pour un produit que vous vendez).

 

Dans cet e-mail, vous allez dire en substance (avec vos mots et vos idées à vous) :

 

Bonjour,

Comme vous le savez peut-être, je ne divulgue pas tous mes petits secrets sur la grande webosphère. Je suis frais comme un gardon qui serait né hier, mais mon cœur balance pour les bonnes vieilles méthodes, celles qui ne vous trahissent jamais.

Je viens de mettre sur papier l’un de mes secrets les mieux gardés pour [RÉSULTAT] et je tiens à ce que vous lisiez ça. Ceci dit, la dernière chose dont j’ai envie c’est que cette info circule sur le net.

C’est probablement l’information la plus importante et la plus efficace que je connaisse en [THÉMATIQUE]… mais si vous voulez recevoir cette petite feuille de route, j’aurais besoin de votre adresse postale.

Envoyez-moi un e-mail à xxxx et je vous envoie ce petit bijou par pli postal dans les 48 heures… considérez ça comme mon cadeau de Noël… bla bla bla…

 

 

OK on est bon ?

Vous captez le potentiel du truc ?

 

En amont bien sûr, vous devez préparer votre meilleur conseil / stratégie / plan / info / feuille de route / rapport… et l’imprimer en quelques exemplaires.

 

Lâchez une vraie bonne info, une petite bombe qui fera son effet et grâce à laquelle vous démontrerez toute votre expertise et votre valeur (je ne peux pas vous aider avec ça).

 

Récoltez les adresses et léchez autant de timbres qu’il n’en faut !
Puis, envoyez votre document.

C’est pas fini…

 

Quelques jours plus tard.

Écrivez un nouveau courrier à tous ceux qui ont reçu le document.

 

Expliquez-leur que vous faites suite au courrier reçu quelques jours plus tôt et que vous souhaitez les remercier pour leur confiance. C’est le moment de sortir votre offre de Nou-wel…

 

Incluez votre page de vente et tous les détails de l’offre. Ne lésinez pas sur le discount, sur la garantie et tout ce qui vous aidera à réduire les frictions. On est dans l’esprit du cadeau et de l’offre impossible à refuser.

 

Je vous garantis toutes les bûches de Noël que vous voulez qu’aucun de vos concurrents n’aura le cran et encore moins la présence d’esprit de tenter un coup fumant comme celui-là…

 

… ce qui est bon pour vos affaires…

 

S’il vous manque des idées pour écrire de manière convaincante, cerebral copy vous aidera :
www.ekoledubiz.com/cerebral-copy

 

**Stratégie Jackpot de Nou-wel #4**
Le Père Noël est une ordure

Alors, est-ce que ça commence à cogiter un peu dans votre cortex de marketeux espiègle ?

 

Si la réponse est non, c’est vraiment dommage car vous savez que disent les pontes du marketing et du business depuis la nuit des temps ?

L’action donne toujours beaucoup plus de résultats que la réflexion !

En revanche, si la réponse est oui, réjouissez-vous puisque voici la 4ème stratégie…

 

 

Il ne faut pas grand-chose pour mettre cette stratégie en place (d’ailleurs, certains ne qualifieraient pas ce que je m’apprête à vous donner de « stratégie »…) mais ça en est une quand même.

 

Ce que je vous propose aujourd’hui, c’est d’écrire un e-mail qui raconte votre rencontre avec Papa Noël himself.

 

Avant de rouler les yeux vers le ciel, dites-vous que si vous n’envoyez pas encore de mails « divertissants » à votre liste, celui-ci devrait créer une petite fracture et créer un petit engouement qui pourrait, et je n’ai aucun mal à l’imaginer, très bien vous rapporter une jolie rentrée d’argent en période de fin d’année.

 

Le but de la manœuvre ça va être d’identifier un gros problème chez ce barbu bedonnant, de le troller un peu au passage et de raconter ce que vous lui avez dit… c’est-à-dire comment vous l’avez orienté vers votre produit phare… pour résoudre son problème.

 

 

Et en fait, je pourrais vous laisser avec cette idée et retourner bosser sur les e-mails de mon client, mais je me suis dit que j’allais vous filer un template. Un truc que vous pourriez utiliser ou qui pourra servir de base à votre e-mail de vente.

 

Allez, on se retrousse les manches et on se met au charbon…

 

Voilà la bête :

 

 

Vous n’allez pas me croire…

 

Non… même si je vous raconte, vous n’allez pas me croire…

 

Hier soir vers 3h du mat, je descends comme d’habitude pour mon petit pipi nocturne.

 

Je fais ce que j’ai à faire.

 

Et je m’apprête à remonter quand j’entends un bruit dans le salon.

 

Une espèce de reniflement.
Puis un deuxième reniflement…

 

J’étais à deux pas de la cuisine alors je chope un couteau long comme l’avant-bras (celui que j’utilise l’été pour mes barbecues).

 

Je m’avance sur la pointe des pieds.
Et les reniflements se font de plus en plus audibles.

 

Je surgis dans le salon en mode lion affamé et je gueule QUI ÊTES-VOUS ?

 

En face de moi, vous savez qui se tient avec un petit miroir plein de lignes blanches dans une main et une petite pipette dans l’autre ?

 

Ouais !
Le Père Noël…

 

D’abord il me dit :

 

NE ME TUEZ PAS… JE SUIS LE PÈRE NOËL !

 

 Je lui dis :

 

OK VIEUX MYTHO… TU ES LE PÈRE NOËL ET TU SNIFFES DE LA COKE ?
ALLEZ, SORS DE CHEZ MOI VIEUX DÉBRIS AVANT QUE J’APPELLE LES FLICS.

 

Mais là, je lis de la sincérité dans ses yeux.

 

Puis il sort mon nom, ma date de naissance, les cadeaux que j’ai reçus quand j’étais petit et plein d’autres détails sur ma vie et même sur mon anatomie… que je suis le seul à connaitre !

 

ALORS TU ME CROIS MAINTENANT ?

 

Je suis tombé le cul dans mon fauteuil et j’ai posé mon couteau de boucher… c’était forcément lui.

 

Alors j’ai embrayé :

 

MAIS POURQUOI VOUS VOUS DROGUEZ, PÈRE NOËL ?
EST-CE QUE JE PEUX FAIRE QUELQUE CHOSE POUR VOUS AIDER ?

 

Il me dit…

 

FISTON… CA FAIT 150 ANS QUE JE M’ENFILE 10 GRAMMES DE COKE CHAQUE ANNÉE LE 24 AU SOIR. COMMENT TU CROIS QUE JE FAIS MES LIVRAISONS SUR LES CINQ CONTINENTS EN UNE SEULE NUIT ? JE N’AI PLUS 20 ANS… IL ME FAUT UN CARBURANT POUR TENIR, PETIT !

 

Et quand il m’a dit ça, ça a flashé dans ma tête.

 

Je me suis dit :

 

C’est peut-être le Père Noël, mais mon programme Force et Tonus® est complètement adapté à sa situation :

  • Il est fatigué
  • Il est stressé
  • Et indiscutablement, il a une pression de malade sur les épaules

 

 

Alors, j’ai fait un deal.

 

Je lui ai dit :

CETTE ANNÉE PÈRE NOËL JE NE VEUX PAS DE CADEAU.
CETTE ANNEE, C’EST MOI QUI VOUS FAIS UN CADEAU…

 

Et je lui ai offert un accès à mon programme pour qu’il le teste et m’en dise des nouvelles l’année prochaine.

 

On s’est serré la pince, on s’est fait une accolade bien tendre et il est reparti sur son traineau !

 

Alors évidemment, je ne peux pas faire des cadeaux à tout le monde, j’ai fait une exception pour le barbu.

 

Mais si vous présentez les mêmes symptômes que ce bon vieux bedonnant sniffeur de coco de Père Noël (fatigue, stress et pression au travail ou à la maison), alors peut-être que mon programme est fait pour vous :

 

Lien

 

Forme et Tonus® n’est pas bon marché, mais ce programme saura vous remettre d’aplomb si vous avez une volonté d’acier et une envie irrépressible de gagner 10 ou 15 ans de jeunesse.

 

À très vite,

Votre nom

 

 

 

Vous voulez un conseil tout con ?

 

Amusez-vous !

 

Et pitchez ce que vous avez à pitcher sans vous soucier d’avoir à faire la vente. Ce genre d’e-mail est divertissant, amusant à lire et il met de bonne humeur.

 

Terrain propice à la vente !

 

**Stratégie Jackpot de Nou-wel #5**
L’atterrissage en douceur

À tenter si vous avez les boules bien accrochées au sapin !

 

Alors voilà le topo :

 

L’une des plus grandes frictions à laquelle vous devez faire face quand vous vous mettez en tête de vendre, c’est la question du prix.

Avec un bon calibrage, il n’est pas compliqué de ramener du monde sur une page de vente. Mais le mur qui se dresse entre votre prospect et votre compte PayPal, c’est bien souvent la question… comme je vous le disais… du prix.

 

Alors, je pourrais vous donner les éléments théoriques pour répondre à cette problématique :

  • Construisez de la valeur
  • Triez vos prospects sur le volet
  • Repoussez les friands de gras-tuit
  • Etc.

 

 

Mais ça c’est des mouves marketing qui ne se mettent pas en place du jour au lendemain. Ce sont des principes qui se suivent dans la durée…

 

Et c’est ce vers quoi je vous conseille de tendre TOUTE L’ANNÉE.

 

Mais là, c’est la semaine Jackpot.

 

On cherche les coups fumants pour remplir les caisses…
On cherche à exploiter les failles pour finir l’année en beauté.

 

Alors, moi ce que je vous propose de tenter dans quelques semaines (quand tout le monde sera bien chaud à dépenser son pez), c’est d’offrir un atterrissage en douceur.

 

Quand votre prospect survolera votre page de vente, vous lui aménagez une zone d’atterrissage en douceur pour qu’il reparte avec votre formation, votre produit ou votre service sous le bras.

 

Comment je réalise ce tour de passe-passe ?

 

 

Avec une soft offer.

(Désolé pour l’anglais jargonneux.)

 

Une soft offer, c’est dire en gros :

 

Repartez avec mon produit maintenant et ne payez RIEN.

Ma formation vaut 200 euros, elle est à vous pour NADA.

 

Si vous êtes convaincu de sa qualité, vous me réglez ça dans les 8 jours. Dans le cas contraire, je vous retire l’accès et on reste bon copains.

 

On est un cran au-dessus de la garantie satisfait ou remboursé, puisqu’avec la soft offer, votre client ne doit même pas se torturer l’esprit ou se demander s’il fait le bon choix.

 

Il teste sans prise de tête.

 

Ça me rappelle un concept que j’avais entendu sur je ne sais plus quel podcast :

 

Un type qui vendait des poules et des poulaillers amovibles.

Il proposait aux familles d’accueillir une poule pendant une semaine et de voir si elle s’acclimatait bien et si les gens se sentaient bien à l’idée d’avoir une poule dans leur jardin…

Et huit ou neuf fois sur dix, quand il appelait pour prendre des nouvelles, les gens lui répondaient qu’ils gardaient la poule.

 

On est sur ce principe-là.

 

C’est une stratégie agressive qui est carrément dans l’esprit du commerce de fin d’année.

 

Hooowla…

Je gare mon traineau ici.

C’est tout pour les stratégies Jackpot de Nou-wel…

 

Si vous voulez recevoir du bon jus de marketing, complétez les champs ci-dessous et  vous recevrez mes meilleurs conseils…

Bonnes ventes !