le copywriting mentaliste

Je me suis rendu compte récemment que je faisais fausse route à propos du mentalisme.
 

Pour moi, un mentaliste, c’était un mec qui arrivait à sentir les choses et qui tablait beaucoup sur ses intuitions pour lire une situation ou pour analyser un comportement.

Et puis là, sur YouTube, alors que je faisais quelques recherches pour le projet d’un client (dans un autre domaine), j’ai été accroché par le titre d’une vidéo, si bien que j’ai cliqué…

 

Ça parlait de mentalisme, donc.
Je l’ai regardée, puis une autre, puis une autre, puis une quatrième…

 

D’ailleurs, petite parenthèse :

 

Si vous devez aller sur YouTube pour faire des recherches, sans sacrifier votre productivité comme un bout de viande qu’on jette aux lions, faites très attention car vous pouvez vite flanquer une demi-heure à la poubelle !

 

Il existe d’ailleurs une application qui s’appelle YouTube Focus et qui ne propose jamais de nouvelles suggestions après le visionnage d’une vidéo.

 

Ça peut servir…

Je referme la parenthèse.

 

Donc, comme je le disais, j’ai visionné quatre vidéos.
Et au bout de cette quatrième vidéo, j’ai eu une révélation marketingo-copywrito-mentalisto-logique !

En fait, le mentaliste, c’est ni plus ni moins qu’un observateur.

 

Un observateur hors pair, oui… mais c’est à la portée de tout le monde d’observer.

 

Ça requiert juste un regard conscient sur le monde qui nous entoure.

 

Tenez… tout récemment, j’étais avec quelques amis dans une friterie (la Belgique, hein…)

Et à un moment donné, l’un d’entre eux manque de faire tomber la salière qui se trouvait au bord de la table.

Ce n’était pas gagné, mais un autre ami qui s’était levé et qui revenait s’asseoir, s’est précipité pour rattraper l’objet avant qu’il ne se brise au sol.
 

Et comment dire…

 

Vous allez peut-être me prendre pour un illuminé, mais dans son geste et dans sa précipitation pour rattraper la salière, j’ai eu l’image d’un tennisman qui courait vers une balle difficile à rattraper.

 

On l’a tous félicité pour son réflexe et je lui ai demandé juste après s’il avait fait du tennis quand il était jeune.

 

Il a ouvert de grands yeux et m’a dit :

« Quoi, ça se voit tant que ça ? »

 

C’est en captant le concept du mentalisme que j’ai repensé à cette scène.
 

Si vous bossez dans le marketing, essayez de développer le même genre de compétence.

 

Observez le monde qui vous entoure.
Regardez comment les gens se tiennent, se regardent, froncent les sourcils, agitent les mains, se déplacent, pincent leurs lèvres, se grattent le nez, etc.

 

Parce que vous vendez votre produit ou votre solution à ces gens-là.

 

Et à force de connaitre votre public cible, vos messages commerciaux seront de plus en plus chirurgicaux et de plus en plus pertinents.

Vos pages de vente seront plus poignantes, plus colorées, plus empreintes de vie.

Le client est au centre de tout.

 

Vous devez le connaitre comme ses propres parents.

 

Observez le monde et observez les gens.

 

Vous gagnerez en efficacité commerciale.

 

A+

 

Djamel

 

P.S. : Si toute cette partie « observation du public cible » vous ennuie, vous pouvez me déléguer cette tâche marketing : www.ekoledubiz.com/travailler-avec-moi