L’ado boutonneux aime s’exprimer

Hier, j’étais dans un Base shop avec ma femme (Base est un des trois réseaux mobiles en Belgique si vous nous lisez ailleurs que depuis le plat pays).

On patientait en attendant de se faire servir par le vendeur qui parlait fort derrière son comptoir (ce qui n’enlevait rien à sa grande sympathie), quand tout à coup… derrière nous, un ado boutonneux prend la parole devant ses deux potes pour faire l’éloge du dernier One Plus.

Le mec a tenu le crachoir pendant 5 bonnes minutes (mais, non-stop !) en expliquant absolument toutes les sublimes fonctionnalités dont était équipé le téléphone de ses rêves les plus galactiques !

Sûr qu’il aurait vendu sa mère et sa grand-mère et la mère de sa grand-mère pour s’en payer un…

 

Et c’est en écoutant cette jeune sardine ouvrir sa boite à camembert devant ses copains que je me suis dit…

Oh le bel exemple que voilà !

La recommandation sert rarement à apporter de la valeur à un produit ou à un service.

Non. En général (et c’est très souvent quelque chose d’inconscient), le recommandeur a pour but de s’apporter de la valeur à lui-même !

 

Vous n’aviez jamais vu les choses sous cet angle-là, avouez…

Mais quand on y réfléchit, c’est tout à fait ça !

(D’ailleurs Dean Jackson, un excellent marqueteur canadien, explique cela de façon remarquable)

 

Montrer aux autres qu’on connait les compétences d’un entrepreneur, la loyauté d’un commerçant ou l’efficacité d’un produit nous permet de nous « élever socialement ». Le but premier n’est jamais de faire plaisir à celui qu’on recommande. Ça vient vraiment en second plan, en fait.

C’est sans doute quelque chose d’inconscient, mais recommander quelque chose à quelqu’un nous fait en quelque sorte sentir un peu (oserais-je dire) « supérieur » à cette personne. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que cela nous permet de démontrer socialement notre niveau de connaissances.

Et ceci nous amène à quelque chose de très fort dont vous pouvez vous servir sans aucune hésitation.

Il n’y a plus de raison de se sentir gêné de demander à un client de parler de vous à ses connaissances s’il est content de votre prestation ou de votre service.

Vous ne lui demandez pas une faveur. En fait, vous lui en faites une !

S’il vous recommande, vous lui donnez la chance de s’élever socialement auprès de ses proches, de ses amis ou de ses connaissances. Donc, arrêtez de croire que vous allez abuser et mettez-le sur les rails et offrez-lui les circonstances propices pour qu’il puisse vous recommander. Un client content, ça fait une belle locomotive de recommandations !

Voilà encore un truc que j’ai appris à l’Ekole du Biz.

 

 

À très vite, entrepreneur

Djamel