La drague dans la cour de récré

Le temps des cassettes audio et du club Dorothée est révolu… Mais rien n’empêche la douce nostalgie de faire revenir à ma mémoire des souvenirs de cette époque magique dans les cours de récré.

 

Je ne sais pas si c’était le cas pour vous, mais quand j’étais gosse et que je voulais sortir avec une petite copine, y avait deux solutions :

  1. J’envoyais un pote demander à ma place (la peur de ne pas assumer un échec, sans doute)
  2. J’y allais, mais alors droit au but, à sec : « Tu veux sortir avec moi ? »

J’étais vraiment pas un bon dragueur, c’est le moins qu’on puisse dire.

Heureusement, les choses ont fini par changer et je suis aujourd’hui avec une femme exceptionnelle que j’ai réussi à séduire.

Bon, on n’est pas sur un forum de séduction de toute façon…

 

Là où je veux en venir, c’est qu’aujourd’hui, il y a un tas d’entrepreneurs qui font comme moi à l’école.

Ils ne prennent pas la peine de connaitre leur prospect, ils ne prennent pas la peine de le courtiser et ils ignorent complètement la phase d’observation.

En gros, ils arrivent devant le prospect, lui disent qu’ils sont les plus forts et lui demandent de dépenser de l’argent chez eux sans même avoir essayé de comprendre ses besoins ou ses préoccupations.

À sec, crack !

 

Dans 95 % des cas, le prospect, pris de court, rejette la proposition…

Et le vendeur s’en retourne papillonner, à la recherche des 5 % restants.

Ça ne vous arrive jamais de recevoir des brochures dans la boite aux lettres ? Un petit entrepreneur qui essaye de faire son trou et qui parle de son vécu et de son histoire, mais qui omet complètement de s’intéresser à son prospect !

Quelqu’un peut lui dire qu’on s’en bat les rouflaquettes de son expérience ???

 

Pas étonnant qu’il y ait des gens (comme votre fidèle ami Djamel) qui essayent de convaincre les entrepreneurs de construire de vraies stratégies marketing pour développer leurs boites !

A+

Djamel