La bien-pensance marketing fera de vous une créature fauchée comme les blés

Ces derniers temps, je rode un peu plus dans les rayons du #webmarketing sur Twitter.

 

Et le moins qu’on puisse dire c’est que tous les tweets dans ce domaine sont formatés à crever (la quête du SEO sans doute).

 

Au hasard de mon scrollage en bonne et due forme sur ce fameux hashtag, je clique sur un article publié par un mastodonte qui compte à peu près 85K abonnés.

 

Ils ont réussi à me vendre 5 minutes de lecture sur le thème de la newsletter.

 

Je lis, je lis, je lis…

 

Et puis je tombe sur un paragraphe qui disait à peu de choses près ça :

 

« Si vous placez votre lien vers vos produits dans chacun de vos e-mails, excusez-moi de vous dire que vous passerez pour le crevard de service… Proposez plus de bonus, de vidéos, de conseils et de checklists. Vous aurez moins de désinscriptions et une nette différence sur vos statistiques ».

 

Vous faites ce que vous voulez de ce « conseil ».

 

Par contre à l’ekole du biz, on a un regard attentif mais on n’en a que faire au final des statistiques (voir l’e-mail d’hier).

 

Le contenu gratuit et les statistiques, c’est la poudre de perlimpimpin qui vous fait vous sentir beau et important mais qui malheureusement ne met rien dans le frigo, n’habille pas les enfants et ne paye ni le gasoil, ni le crédit !

 

Perso, j’assume mon statut de crevard de service qui vend dans chacun de ses e-mails, pour les raisons citées plus haut notamment (mais pas que).

 

Si vous voulez envoyer le signal à vos prospects que vous êtes la fontaine à conseils gratuits, vous trouverez plein de « précieux conseils » sur Twitter, sur Faisse-bouc et sur le net.

 

Par contre, si vous voulez faire partie de la team Crevards, mais que vous ne possédez pas encore la méthode pour vendre comme un vrai crevard (et gagner aussi un peu votre vie), rdv ici :

 

 

https://www.amazon.fr/dp/2960225201

 

 

Djamel

 

 

P.S. : Si vous êtes sur Twitter, soyons (un peu plus) amis : https://twitter.com/BizEkole