Je jette la pierre au plus grand marketeur de l’Hexagone

Récemment, je suis allé faire une étude de marché pour un de mes clients actif dans le développement personnel pour entrepreneurs.

 

Et pour me rapprocher le plus possible du mode de pensée des individus qui composent son public cible (et pour tenter de renifler leur sueur), je me suis amusé à visiter les pages Facebook des « gourous » du développement personnel et autres fameux marketeurs auto-proclamés.

 

Et en cliquant sur un lien qu’un gourou (suivi par près de 180 000 personnes… c’est dire si y a du monde qui l’écoute), je tombe sur une page de vente pour un bouquin et là…

Stupeur cataclysmique !

 

Dans le titre, au premier mot de son argumentaire de vente ! (Et vous connaissez l’importance du titre et sa fonction !)
 

Il délimite sa cible en lâchant un crapuleux ENTREPRENEURS (au pluriel).

 

Mais qu’est-ce que… ça veut dire ?

Le « plus grand marketeur de l’hexagone », trompé par les compliments de ses clients et suiveurs ne ferait donc pas attention à optimiser la qualité de sa communication avec ses futurs clients ?

 

Yé né comprends pas.
C’est comme demander à un adulte de faire 1 + 1 et pour réponse, il vous sort 3.

On est à ce niveau-là dans la base du marketing.
Alors, vous avez mis le doigt dessus ?

 

Oui, ça a à voir avec l’utilisation du pluriel…

 

Mais ce n’est pas une erreur de grammaire, hein (sinon j’aurais fait prof de Français). C’est une question de relation au client. Quand on va à l’Ekole du Biz, on vous apprend une chose tout au début… c’est que dans un texte, une vidéo, un audio, ou sur n’importe quel support, il faut toujours s’adresser à une seule personne à la fois.

 

Pourquoi ?

Pour qu’elle se sente spéciale, unique et comprise.

 

Pour que cette personne sente qu’on lui parle quasiment entre quatre yeux. C’est une relation, une communication quasi intime.
C’est la base du marketing direct.

 

Si je m’adresse constamment à tout un groupe de personnes, vous aurez tout juste le sentiment de faire partie de un groupe… et encore…
 

Mais si je vous dis « Cher lecteur », là il se passe un truc en vous. Peut-être pas une explosion, mais votre cerveau vous signale que vous entrez dans une conversation avec une autre personne.
Et ça a son importance dans la démarche de vente.

 

Et à plus forte raison dans un texte écrit (comme celui sur lequel je suis tombé), vous n’avez pas le pouvoir de l’intonation de votre côté, vous n’avez pas non plus le pouvoir du non-verbal de votre côté (les yeux, les mains, …)
 

Vous ne pouvez compter que sur votre texte pour instaurer une pleine relation de confiance.

Eh bien, vous savez ce que j’en dis, moi ?

 

Pour moi, dire CHERS ENTREPRENEURS (et continuer à parler à un groupe de personnes pendant tout le texte, sans rendre la conversation intime) plutôt que CHER ENTREPRENEUR, c’est faire un faux départ sur la piste d’athlétisme !

 

Vous avez un avatar, alors parlez à une personne à la fois. Même si votre auto répondeur transmettra votre texte à 2 000 personnes ou si votre page sera vue des milliers de fois…

 

A très vite

 

Djamel

P.S. : Pour étudier les bases du copywriting percutant, rendez-vous ici.