Est-ce que vous avez connu ça dans votre jeune temps ?

Trop marrant…

 

Je viens de lire que les filles travaillent mieux que les garçons à l’école.

 

Pas étonnant.

Quand j’étais sur les bancs, c’était bien le cas !

 

Tenez, si je vous demandais à votre avis à quoi est due cette différence de réussite entre les gars et les filles, vous me répondriez quoi ?

 

Elles sont plus studieuses ?

Elles sont plus matures ?

Elles sont plus organisées ?

 

 

En fait, la raison numéro 1…

C’est que prendre le travail scolaire au sérieux… ça fait mauviette !

Et les mecs, entre 12 et 18 ans… ils veulent tout, sauf passer pour des mauviettes.

 

Et il faut être dans les pompes d’un ado pour comprendre ça. C’est de la pure psychologie comportementale.
Il sait pertinemment qu’il faut bosser à l’école pour avoir son bac, mais si Madame Gervais lui disait un jour « Bravo Popol, 18/20 à ton examen d’Histoire, c’est la meilleure note de la classe… continue comme ça ! », il passerait pour l’intello de base et se sentirait rejeté du reste de la meute !

 

 

J’embraye sur un truc et vous allez comprendre le rapport…

De temps en temps, on me demande une critique de page de vente.

 

Si je devais faire un petit top 3 des plus grandes erreurs que je vois sur ces pages, ce serait :

 

  1. Des offres et des appels à l’action aussi clairs qu’un pare-brise givré au petit matin d’hiver
  2. Des accroches molles et faiblardes
  3. De manière plus globale, le manque de compréhension EN PROFONDEUR du public visé

 

Oui, il faut savoir que Popol aime jouer les hommes forts avec ses potes et qu’il fera tout pour rester à 12/20 grand max.

 

Ce troisième point est le plus important de tous.

Les yeux fermés.

 

Parce que cette substance, c’est le AK47 dans votre arsenal de vente.

Avec ces infos en votre possession, vous allez produire les listes à puce qui font ouvrir les portefeuilles (j’en parlerai dans un autre mail un de ces 4), les accroches uniques et balaises qui scotchent les yeux au texte et les histoires qui s’installent dans la matière grise comme un cheval de Troie.

Et Cetera.

 

Le copywriting, c’est pas écrire.

C’est connaitre les gens.

 

 

J’ai pondu un bouquin sur la manière de produire des e-mails percutants. Il se lit très vite, ne provoque aucun mal de tête (même si la lecture et vous ça fait 2) et il laissera une tache indélébile dans le tiroir copywriting de votre cerveau.

 

Pour recevoir votre exemplaire dans votre boite aux lettres (pour le prix de 3 pauvre paires de chaussettes au marché), suivez le lien : https://www.amazon.fr/dp/2960225201

 

A très vite

 

Djamel