Comment utiliser la méthode des petites racines pour vendre sans page de vente

 

Si votre objectif est de vendre vos produits, formations ou services en prenant du plaisir et sans passer pour un vendeur insupportable, alors prenez cinq minutes et baladez vos yeux sur cet article… Il devrait vous intéresser.

 

Ҫa doit faire deux ans que je fais ça pour moi…

Mais ça fait probablement cinq ou six ans (à l’heure où j’écris ces lignes) que je le fais pour mes clients.

 

Je plante des petites racines.

Elles génèrent des ventes et elles engraissent les comptes en banque.

 

Mais le plus beau là-dedans ?

C’est qu’une fois qu’elles sont plantées, plus besoin de page de vente pour convaincre les prospects.

 

 

Enfin, soyons aussi précis qu’un serveur de thé à Marrakech…

 

Pour ma part, j’utilise des pages de vente quand je vends mes produits et mes formations. Question d’optimisation. Mais d’après ce que j’ai remarqué, cette méthode (qui n’a absolument rien de WAW, donc si vous étiez venu voir des strass et des paillettes, faudra repasser…), fonctionne à un point tel qu’une page de vente devient bien souvent superflue.

 

 

Mais c’est quoi cette méthode ?

Ahh, en voilà une question qu’elle est bonne !

 

On pourrait appeler ça la méthode des petites racines. Elle consiste tout simplement à envoyer un e-mail chaque jour à sa liste…

 

Mais attention.

Y a e-mails et e-mails.

 

Les e-mails dont je vous parle ici n’ont absolument rien de classique ou de formaté. Ils se basent sur des principes qui chatouillent les cordes de la psychologie humaine.

 

Il s’agit d’e-mails qui partent se planter jour après jour dans le cerveau de vos prospects. Ils y prennent racine et ils finissent par se transformer petit à petit en idées.

 

Et c’est là toute votre mission :

Réussir à créer une idée dans l’esprit de vos prospects. C’est tout ce dont vous avez besoin pour faire une vente. Alors oui, bien entendu, il y a deux ou trois éléments à ne pas perdre de vue (comme savoir créer une offre alléchante, répondre aux éventuelles objections ou se constituer une liste de prospects qualifiés)… mais globalement, le principe est simple :

 

Tout achat part d’une idée.

Tout achat part d’une vision.

 

 

Et les e-mails dont je suis en train de vous parler ont la faculté de créer cette vision qui pousse le prospect à l’achat.

 

Si on continue notre (très agréable) conversation, on pourrait embrayer sur la fameuse question qui brûle les lèvres de tout marketeux qui a encore 50 centimes de jugeote dans le ciboulot :

 

Comment créer cette fameuse vision à travers de simples e-mails ?

 

Et la réponse tient en 3 concepts.

 

Alors, si vous avez encore un peu de temps à m’accorder, je m’apprête à les disséquer ici et maintenant.

 

Passez-moi le scalpel, voici le premier concept :

 

 

1. Passez quelque temps en mode croco

Je sais qu’en général les gens trouvent les documentaires animaliers hyper rasoirs… Et je plaide coupable ! Mettez m’en un sous les yeux à n’importe quelle heure et je piquerai du nez quasiment à coup sûr.

 

Mais la prochaine fois que vous tomberez sur un tel reportage et que le croco tient la vedette, arrêtez-vous deux minutes et regardez comment il fait pour attaquer ses proies.

Très peu d’animaux sont capables de faire ce qu’il fait.

 

Il passe sa tête sous la surface de l’eau pendant des heures et il OBSERVE ce qui se passe autour de lui ! Il est constamment dans la prise d’information. Il sait quand les gazelles, les antilopes, les zèbres, les buffles ou les oiseaux viennent s’abreuver… Et il est à l’affût de la moindre opportunité.

 

 

Et le marketeux qui veut faire de l’e-mailing quotidien de manière efficace doit être aussi patient que le croco qui attend son festin :

 

Il doit observer et passer quelques semaines dans les roseaux sans bouger pour comprendre son prospect comme s’il s’agissait de son frère jumeau.

 

C’est probablement la règle la moins sexy de la galaxie du marketing, mais c’est la plus importante (c’est pourquoi elle vient avant les deux autres) ! Négligez cet aspect et vous partez pour un 100 mètres avec 9 orteils en moins.

 

Le meilleur moyen d’étudier son marché est de passer du temps sur les mêmes comptes de réseaux sociaux, sur les mêmes vidéos YouTube, sur les mêmes forums et surtout… et ceci est beaucoup trop négligé par les ¾ des marketeux… de leur parler et… framboise sur le gâteau : de les rencontrer en personne !

 

Une fois que vous détiendrez tout un tas d’infos à leur sujet, comme un vrai croco planqué sous l’eau, vous aurez amassé une flopée de thèmes et de sujets et vous pourrez vous servir du deuxième concept pour planter méticuleusement vos petites racines d’e-mails.

 

 

Le deuxième concept ?

Allez hop :

 

2. Sortez régulièrement la salière

La nature humaine est ainsi faite qu’on est constamment en quête d’un lieu paisible, d’un endroit calme et d’un cocon confortable pour vivoter en toute quiétude.

Physiquement, mentalement et spirituellement.

 

Ҫa c’est la tendance naturelle.

 

Mais caresser son prospect dans le sens du poil ne va pas toujours vous permettre de faire des ventes.

Bien souvent, pour passer à l’action, votre prospect aura besoin d’un électrochoc. D’une baffe. D’une gifle. D’un coup de pied aux fesses. D’un… vous avez compris, je pense.

 

L’une des meilleures façons d’arriver à ça est d’identifier les blessures (c’est un concept fourre-tout dans lequel je regroupe les frustrations, les hontes, les colères, les envies, les peurs et les peines) de vos prospects.

Puis de jeter du sel sur ces blessures.

 

Faites-moi piquer tout ça !

Est-ce que c’est un principe sadique ?

 

Je ne vois pas les choses sous cet angle. Si l’offre que je propose répond à un besoin pressant, alors je rends service à mon prospect. La blessure, c’est l’opportunité pour lui de passer à l’action. N’oubliez pas qu’on cherche à créer une vision dans leur esprit. Et la pincée de sel sur la blessure crée une vision inconfortable à supporter.

 

Un exemple vous ferait plaisir ?

Va pour un exemple…

 

J’ai un jour rédigé une série d’e-mails dans la thématique du renforcement de vitres pour voitures.

 

Le public qu’on visait résidait en région parisienne, là où les car-jacking et autres attaques violentes sur des véhicules ne sont pas si rares… Dans mes e-mails, je me suis donc entêté à décrire des situations anxiogènes et à parler de cas de figure réels impliquant des vols de bijoux, des boites à gants forcées, de la peur de retrouver les vitres de son véhicule éclatées, de rapt d’enfants, etc…

 

Le prospect cherche le confort de manière naturelle.

Et avec un bon calibrage et une offre de qualité, si vous arrivez à lui faire ressentir une certaine forme de douleur, il pourra considérer l’idée de se rendre en lieu sûr, en évaluant avec intérêt votre produit ou service.

 

 

Mais ce n’est pas tout :

 

 

3. Agitez le shaker sans relâche

En partant du principe que vous connaissez votre marché et que vous êtes capable d’appuyer là où ça fait mal, vous êtes déjà en bonne posture pour persuader vos prospects et faire des ventes.

 

Mais on n’écrit pas des e-mails tous les jours à sa liste sur base de ces deux concepts-là.

 

Il manque une dernière couche à la pièce montée pour qu’elle soit tip-top. Et c’est probablement ce qui va vous permettre de subsister dans la durée et d’apparaitre chaque jour dans la boite mail de vos abonnés comme étant la lecture prioritaire !

 

Et pour réussir ce tour de passe-passe, il vous faut un shaker.

Comme le barman, vous allez mixer des ingrédients…

 

La recette ?

Une mesure de divertissement.

Une mesure d’information.

Et une mesure de promotion.

 

Ni plus, ni moins.

 

Le but est d’écrire des e-mails qui soient divertissants, intéressants et qui donnent envie d’aller plus loin. Pas question donc de se mettre en situation compliquée et d’appréhender la rédaction de vos e-mails avec un balai mal placé comme un devoir scolaire.

 

Non.

Le secret réside dans le relâchement le plus total.

 

Si je peux vous donner quelques conseils :

 

  • Écrivez comme vous parlez.
  • Abordez les sujets que tout le monde évite.
  • Racontez des histoires passionnantes.
  • Donnez de la matière à réflexion à vos lecteurs.
  • Embrassez les critiques.
  • Proposez vos solutions commerciales de manière naturelle.
  • Et prenez du plaisir, car il est communicatif.

 

 

Je pourrais continuer cette liste jusqu’à demain.

 

Mais j’ai envie de vous proposer autre chose…

 

Si vous souhaitez creuser un peu plus et approfondir le sujet de la vente par e-mail, je vous envoie vers cette courte formation vidéo :

 

https://ekoledubiz.com/formations-gratuites/comment-rendre-vos-prospects-accros-a-vos-emails/

 

Elle est gratuite et elle va consolider les quelques concepts qu’on a brièvement commencé à développer dans cet article !

 

Au plaisir ^^

 

Djamel

 

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “Racines” organisé par le blog Copywriting Pratique. Si vous avez lu cet article et qu’il vous a plu, alors merci de cliquer sur ce lien : J’ai aimé ce que j’ai lu !