Comment trouver systématiquement l’inspiration quand le fantôme de la page blanche vous hante

Faut savoir que j’suis pas le plus grand bricoleur…

 

Hier, en fin de journée, après avoir peint quelques mètres carrés à la maison, je commençais à être sur les rotules, mais il me restait encore à installer quatre foutues prises et un interrupteur.
 

C’est certainement un jeu d’enfants pour certains, mais moi j’étais au bout de ma vie !
J’ai galéré en particulier sur la prise du téléphone, là où branche la box…
La petite vis qui sert à visser la façade était trop courte. Résultat, la façade n’était pas fixée et ça faisait tâche sur le beau mur qu’on venait de refaire !
J’allais pas laisser ça comme ça… Du coup, j’ai dû ruser.

 

Je suis allé fouiller dans la caisse à vis. Vous savez cette caisse où on fout toutes les vis, les boulons, les rondelles, les écrous et tout le bazar qu’on garde « au cas où »…
J’ai tout remué pendant un quart d’heure et j’ai failli perdre patience, mais j’ai fini par trouver la perle rare. Une vis qui avait pile le même diamètre que l’autre, mais en plus longue.

 

Au point où j’en étais, vous me l’auriez vendue 5 euros, j’aurais été ravi de vous les donner, avec un grand sourire en prime.

 

Mais c’est pas le sujet (même si ça ferait un beau mail).
Alors pourquoi donc je vous raconte cet épisode (très passionnant) de ma vie ?

 

Pour vous parler du « dossier d’emprunt ».
Le swipe file, comme disent les Ricains.

 

En copywriting ou en marketing, c’est un dossier dans lequel vous allez ranger tous les morceaux de texte ou les idées géniales que vous allez rencontrer au fil du temps. Mettez-y des titres choc, des introductions, des formulations d’appel à l’action originales, des modalités de garantie bien béton, etc… Vous pouvez vraiment y mettre tout ce qui vous semble excellent et vendeur.
Ça se fait beaucoup en copywriting.
J’ai un swipe file qui grossit de mois en mois sur mon ordi.
 

Quand est-ce que je m’en sers ?

 

Quand j’ai besoin d’un petit coup d’inspiration ou pour me mettre dans le bain avant de rédiger. L’idée, c’est qu’un swipe file vous permet d’adapter certaines idées à votre propre texte.
Voici un titre que j’aime bien et qui se trouve capturé dans mon swipe file :

 

« Si vous ou quelqu’un de votre entourage vous êtes fait piquer par un moustique au cours des trente derniers jours, LISEZ CECI ! »

 

Si je ne l’avais pas rangé au chaud, je l’aurai sûrement oublié.
 

Et pourtant je peux en faire une merveille dans une nouvelle thématique quand ça s’y prête.

Exemple.
« Si vous ou quelqu’un de votre entourage avez consommé du beurre au cours des dix derniers jours, LISEZ CECI ! »

 

Ce n’est pas du vol, c’est de l’intelligence !
Empruntez à loisir du moment que vous savez pourquoi vous le faites.
Et commencez un swipe file dès aujourd’hui… Ça vous servira « au cas où ».
 

En parlant de swipe file, mon bouquin contient 5 e-mails que vous auriez aimé avoir rédigés… et si votre thématique vous le permet, vous pourrez emprunter les idées qui s’y trouvent pour en faire de nouveaux e-mails !
 

A +

 

Djamel