Comment répondre à l’objection numéro 1 dans une page de capture

Il y a quelques mois, j’ai abandonné un projet qui commençait à tourner (j’ai fauté et on m’a même collé un détective privé aux fesses, vous pouvez relire l’histoire ici).

 

La grande force de ce business résidait dans ce qu’on appelle le « lead magnet » (= l’aimant à futur client).

Ce lead magnet était une newsletter en 12 numéros, complètement gratuite et bourrée d’infos qu’on pouvait recevoir dans sa boite aux lettres, sur le thème de « comment gagner plus d’argent en vendant sa maison ».

La page de capture était diffusée sur deux canaux différents : en ligne et dans les boites aux lettres, en physique.

 

Quand j’ai expliqué à un agent immobilier que je ramassais en moyenne 3 leads sur 1 000 pages de capture distribuées dans les boites aux lettres…
…il m’a regardé avec des grands yeux et m’a dit :

 

« Tu veux dire sur 10 000 ? »
« Non, non… sur 1 000… et encore, sans pousser, c’est un premier jet. »

 

Il était abasourdi, choqué.

 

Lui qui avait tenté à maintes reprises la même opération avec des résultats avoisinant les 1,5 leads sur 10 000 flyers distribués.

 

 

À quoi j’attribue le secret de cette recette ?

L’attitude.

 

Et cette attitude était cristallisée dans une seule phrase de cette page de capture :

 

« C’est garanti sans entourloupe… je n’ai absolument rien à vous vendre par la suite. »

 

Ça s’appelle répondre à une objection.

 

Et quelle objection !
Qu’est-ce qui sent plus mauvais qu’un vendeur à 3 km contre vent ?

 

RIEN.

 

Dans l’étape cruciale de la capture du lead… plus vous montrez votre cravate (ou votre tailleur) de vendeur (ou vendeuse) et plus vous repoussez vos leads loin de vous.

 

À votre échelle, dans votre contexte, vous devez faire comprendre à votre client d’une manière ou d’une autre que vous n’êtes pas là pour faire la vente.

 

Vous êtes là pour les aider, ni plus ni moins.

 

Je n’ai pas vu le flyer qu’envoyait l’agent immobilier dont je vous ai parlé.

Mais à voir ce qui arrive dans ma boite aux lettres de temps en temps… je n’ai pas trop de mal à imaginer son beau grand logo, son numéro de téléphone, son petit slogan à la « on s’occupe de tout » et en police taille 72 « ESTIMATION GRATUITE »…

 

Ça, là…

 

C’est montrer sa cravate de vendeur beaucoup trop vite.

 

Pas le temps de faire connaissance, de tisser des liens ou d’apporter de la valeur à son prospect avec ce genre de communication.

Si vous voulez faire rédiger votre prochaine page de capture, en ligne ou par courrier physique (on sous-estime beaucoup trop ce canal), je vous invite à sonner la cloche juste ici :

 

www.ekoledubiz.com/travailler-avec-moi

 

A +

 

Djamel