Ça rapportera toujours plus !

Quand j’étais djeun’s… enfin, je me sens toujours djeun’s bien sûr, mais disons il y a une bonne quinzaine d’années… on avait un groupe de rap avec mes cousins et quelques potes.

 

Mais heureusement pour les amateurs de rap, je ne rappais pas moi-même ^^.
J’étais le DJ du groupe.

 

 

Haha.
Une autre époque, un autre délire.

 

On a fait quelques scènes sympas, mais on n’a jamais vraiment percé.

 

On négligeait beaucoup trop de facteurs et notamment le facteur le plus important… la communication.

 

 

Parce que finalement, la réussite d’un groupe repose certes sur le talent, mais aussi sur sa capacité, à un moment donné, à faire le buzz.

 

Citez-moi un groupe qui a percé « petit à petit », vous allez galérer à trouver.

 

Nous, le seul truc plus ou moins correct qu’on avait mis en place, c’était un compte MySpace.

 

 

Je ne sais pas si vous avez connu ce réseau social ou si vous l’avez utilisé un peu… mais MySpace à l’époque c’était le truc ultime pour se faire connaitre. Tout le monde était sur MySpace. Vous ne pouviez pas parler de musique avec des amateurs sans qu’on vous demande si vous aviez un compte.

 

Et puis, ça ne s’arrêtait pas qu’à la musique, chaque thématique avait ses gros comptes MySpace avec des tonnes de followers.

 

 

Puis, le méchant loup est arrivé.

 

Faisse-bouc.

 

 

Et tout le monde a déserté MySpace.
Les modes évoluent, c’est normal.

 

 

Mais à ce moment-là, beaucoup de gens ont sorti les mouchoirs.

 

 

Les dures années de labeur pour personnaliser leur espace, les relations tissées au fil du temps, les audiences tricotées petit à petit… tout ça est parti en fumée en quelques mois à peine.

 

Certains ont jeté l’éponge.

 

 

D’autres ont pris leur courage à deux mains et ont essayé de reconstruire leur notoriété sur Faisse-bouc ou sur d’autres réseaux sociaux.

 

Mais les plus malins ont pris un virage à 180 degrés.

 

 

Ils se sont mis à l’e-mail.

 

 

L’avantage ?

 

Désormais ils jouent TOUJOURS à domicile.

Leur liste leur appartient (si un jour, Facebook ou Twitter décide de changer les règles du jeu, ils ne seraient pas déstabilisés).

Ils communiquent à des prospects beaucoup plus réactifs et engagés (un lead inscrit sur une liste d’e-mailing est toujours beaucoup plus engagé et réactif qu’un follower des réseaux sociaux).

 

 

La liste des avantages est longue comme le bras.

 

 

Si vous avez une liste, bichonnez-la.

 

 

Et si vous n’avez pas encore de liste, il n’est jamais trop tard pour commencer.

 

 

Quand vous allez commencer à communiquer avec votre liste, utilisez un savant mix de divertissement et d’information. C’est pour moi, comme pour beaucoup de marketeux que j’ai rencontrés, de loin le meilleur moyen pour faire des ventes.

 

 

Un coup d’oeil sur ma méthode ici :

 

 

https://www.amazon.fr/dp/2960225201

 

 

A +

 

 

Djamel