197 Euros… sous le manteau, ça vous dit ?

Hier soir, j’étais sur Whatsapp avec un de mes clients.

 

Il vend des cours de langue en ligne sur une plateforme magnifique qu’il a développée. J’ai rédigé une page de vente et quelques mails pour son lancement.

Une vraie bonne offre de niche, avec un marché qui répond assez bien (enfin, on fera les comptes à la fin).

C’est son deuxième lancement et si je ne me trompe pas, aujourd’hui, ça doit être le dernier jour avant que ses prix ne repartent à la hausse.

Il lui est arrivé un truc que je n’avais encore jamais vu nulle part ailleurs :

 

Un type (que mon client ne connait ni d’Adam, ni d’Eve) s’est mis à contacter des gens en messages privés sur Snapchat pour tenter de leur vendre sous le manteau les accès à la formation de mon client. Réclamant son dû… comme si de rien était, en liquide… et en utilisant une image respectant la charte graphique à l’identique.

 

Wow ! Le choc.

 

On n’est plus à l’abri de rien.
Mais d’un autre côté, je ne suis pas trop étonné.

 

Premièrement, je dois féliciter mon client pour son travail et son offre, car c’est vraiment du solide ce qu’il propose. Il est parvenu à obtenir une belle exposition, ce qui finit tôt ou tard par attirer les convoitises et les vautours.

 

Et deuxièmement, ces événements malencontreux prouvent en quelque sorte qu’il est probablement en train de chatouiller une forme de succès (enfin, c’est tout le mal que je lui souhaite !)

 

Où je veux en venir avec ça ?

 

Les copieurs et les voleurs.
Ça vous traque de partout !

 

Et vous n’êtes jamais à l’abri d’un coup tordu quand vous produisez de la qualité !

En copywriting aussi le phénomène existe.

 

Vous transpirez votre vie et vous versez votre sang sur le clavier en rédigeant un canon de page de vente. Vous publiez, vous vendez avec.

Et un petit malin va tout simplement faire Ctrl-C / Ctrl-V et copier sans le moindre scrupule votre page, mot pour mot.

 

Du plagiat, ni plus ni moins.

À ne pas confondre avec le swipe file.

 

Récemment, dans un e-mail je vous parlais de ce fameux swipe file… ce dossier dans lequel vous pouvez ranger des titres, des accroches ou des morceaux de texte sur lesquels vous tombez et qui vous semblent vendeurs ou accrocheurs.

 

Vous pouvez ensuite vous en inspirer, adapter ces phrases et les articuler à votre tour dans vos pages de vente ou vos e-mails pour générer des ventes.

 

Ça n’a absolument rien d’illégal !

C’est d’ailleurs le but de mon livre.

Je vous donne carrément l’autorisation de recopier les paragraphes, les titres ou tout ce qui vous intéresse pour les adapter à votre secteur d’activité et communiquer avec votre audience.

A+

 

Djamel